VERSION  ANGLAISE

J’ai rencontré Bernard Njonga lors de son passage aujourd’hui (1er mars 2017, NDLR) à Bruxelles pour discuter de l’évolution de l’agriculture au Cameroun et dans la sous-région. Comme dans les autres pays, la production locale d’aliments est une priorité économique, politique et stratégique, car dépendre de l’extérieur pour son alimentation c’est ne pas être maitre de son destin.

Nous avons pu mesurer le succès de la campagne menée en 2003 avec l’ ACDIC (Association Citoyenne de Défense des intérêts Collectifs, NDLR) pour interdire l’importation d’ailes de poulets en provenance de l’Union européenne au Cameroun. Sans respect de la chaine du froid, ces bouts de viande arrivaient sur les étals des marchés camerounais. Dangereux pour la santé des consommateurs, ils détruisaient également dix milliers d’emplois locaux.

La mobilisation des citoyens camerounais aussi bien des villes que des campagnes avait permis de stopper ces importations puis de relancer la production locale. 
Dix ans plus tard, le Cameroun n’importe plus de poulets. Il est devenu autosuffisant. Des milliers d’emplois ont ainsi été recréés, des éleveuses qui achètent des poussins, aux transporteurs puis au vendeur. Cerise sur le gâteau, le Cameroun ne dépense plus de devises pour acheter ailleurs ce qui peut être produit localement. 
Je partage avec Bernard ce désir de faire de la politique de manière concrète. Les grands discours ne suffisent pas pour faire avancer les choses. Seuls les actes comptent.

Cette réussite doit être renouvelée dans d’autres secteurs de l’agriculture et de l’alimentation. Le Cameroun dispose de terre, de jeunesse, de dynamisme. Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin.

« Je continue… » Voilà justement le titre de du livre de Bernard Njonga, qui raconte plus de trente ans de lutte citoyenne à travailler avec les communautés paysannes du Cameroun et d'autres pays d'Afrique pour secouer les idées reçues. La pauvreté n’est pas une calamité tombée du ciel. Elle est directement liée à la corruption, au manque d’idée et d’envie et à la résignation. Bernard Njonga et ses amis portent un projet ambitieux : croire aux paysans et à l’agriculture pour créer des bases économiques saines et durables. Ils ont mille fois raison. Bonne chance Bernard Njonga

Publié par José BOVE le 1er mars 2017  (Accedez au post)

Où avoir le livre " Je continue..." (Lire le résumé ICI )

 

 

 

 

- Cameroun (Prix: 10 000 Frs cfa)

YAOUNDÉ : 679198193 / 695895036; 

DOUALA : 697748976 / 675834005 ;

 BUEA : 678630501;  BAFOUSSAM : 677283136 / 655942787; 

Maroua: 695917887/242153641.

Possibilité d’expédition gratuite dans d’autres régions en appelant le 679198193/695895036

- EUROPE (Prix: 20 €)

France: 00 33644906910

Belgique: 0032484308385


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nos emissions TV

Visites sur le site

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats