VERSION  ANGLAISE

     

Le Mouvement politique Croire Au Cameroun (CRAC) a tenu une convention extraordinaire à Yaoundé, à effet d’importantes modifications dans sa structuration. C’était le 28 octobre 2016, jour du deuxième anniversaire de son lancement.

Nouveau fonctionnement, nouvelle structuration, nouveaux hommes, nouveaux textes…Tout ou presque est désormais nouveau au sein du CRAC pour mener à bien un projet politique proposé aux camerounais depuis la genèse du parti : faire de l’Agriculture et de nos potentialités naturelles, le premier levier de notre développement socio économique. Une option que les membres affirment et assument, et à laquelle ils croient dur comme fer.

Au rang des changements adoptés à l’unanimité, on note la modification des statuts, la disparition du poste de « Président du parti » au profit d’un nouvel organe d’animation et de gestion du Mouvement appelé Directoire. Il est composé de neuf membres désignés ce jour là. Par ce concept nouveau dans l’environnement politique camerounais, le CRAC affirme son option pour une gestion collégiale et pour faire du peuple l’autorité politique suprême. Sont désormais aux affaires : Bernard NJONGA, Gaston Philippe ABE ABE (Valsero), Isaac NJIFAKUÉ, Louis Marie KAKDEU,  Alice Odette PRISO,  Gilbert BAMBÉ, Solange NGONO,  Olivier  U. BIBOU NISSACK, Jacob TAMBE NGUEME.

De même, des résolutions ont été adoptées à l’unanimité. Entre autres que le CRAC est un parti dont la priorité est le développement et non le pouvoir. Le slogan suivant résume cette pensée : « Vous voulez le pouvoir, nous voulons que les gens mangent ». Le programme du parti va proposer la sécurité alimentaire, la sécurité financière et la sécurité sociale.

Pour ses besoins de fonctionnement, le directoire se réunit et élit un président chargé de diriger les séances et un secrétaire. Le directoire est chargé de constituer le Conseil national ainsi qu’une stratégie politique.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Le saviez-vous

Le Kaolin, une richesse de Balengou

Vous connaissez certainement le Kaolin, cette pierre douce que les femmes - surtout enceintes en  raffolent. Savez-vous qu’il provient non seulement de Calabar au Nigéria, mais aussi  de Balengou à l’Ouest Cameroun ? Attention ! ! On ne le ramasse pas.

Lire la suite...

Nomades, Transhumants ou pasteurs

Au rythme des saisons ou mieux de la disponibilité en herbes, ils se déplacent  permanemment tout au long de l’année avec troupeaux,

Lire la suite...

Fête chez les nomades/ transhumants du Niger

Une fois par an, l’AREN (Association pour la Redynamisation de l’Elevage au Niger) organise la fête annuelle d’EGGO, du nom de ce village situé à 800 km au Nord-Ouest de Niamey.

Lire la suite...

Education

En milieu rural, 40% des enfants du primaire ont un maitre rémunéré par les parents (ECAM II).

Lire la suite...

Conservation des oignons au Niger

Ces chapiteaux traditionnels que vous voyez au premier plan ne sont pas des cases mais des abris où les oignons se conservent plus d’un an. Incroyable !

Lire la suite...

Le CRAC sur le terrain

Nos emissions TV

Newsletter

Visites sur le site

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats