VERSION  ANGLAISE

La Présentation officielle du projet que le CRAC propose aux Camerounais a été faite lors une conférence de presse ce 24 janvier 2018 au siège du CRAC sis à Yaoundé.

« 40 mesures pour faire décoller le Cameroun par l’Agriculture en 5 ans », « Tu seras aussi quelqu’un ! ». Lit-t-on aux premières pages du document projet du  mouvement politique Croire au Cameroun (CRAC). Faire décoller le Cameroun par l’agriculture en 5 ans, c’est ce qu’il promet à tout citoyen Camerounais, en cette année électorale 2018. A condition d’oser croire en l’Agriculture comme premier levier de notre développement, croire en un Cameroun fort de son Agriculture forte. Toute chose qui impliquerait retrousser ses manches, se mettre au travail, pour ensemble atteindre l’objectif du projet, à savoir « produire abondamment, créer le travail, la richesse et le bien être pour tous ».

 

« Ce projet que vous tenez entre les mains n’est pas le fruit d’une compilation de promesses ou de doléances. Mais le fruit d’un  diagnostic, le fruit d’une trentaine d’années d’observations, de notre vécu au cœur de la vie des populations, en particulier rurales.  Nous nous basons sur la réalité qui est la nôtre, selon laquelle 70% de la population camerounaise vivent de l’Agriculture. C’est donc la voie de sortie de notre pays de la pauvreté », a affirmé le président du CRAC Bernard NJONGA, face à la presse. 

Il explique le taux de chômage élevé des jeunes par la négligence du secteur primaire, donc la production, par les pouvoirs publics. « C’est la clé du développement. Si on produit abondamment, on développe facilement le secteur secondaire, donc la transformation, l’industrialisation, et le secteur tertiaire à savoir les services », argumente-t-il. 

Ainsi, le CRAC qui se veut être un parti de propositions et non d’opposition, refuse de s’inscrire dans la politique actuelle du « chassement de Paul Biya», du « Paul Biya must go ». « Paul Biya must go , Ce n’est pas un projet » a déclaré Gaston ABE, de son nom d’artiste Valsero, par ailleurs secrétaire général du CRAC. «  Nous avons un projet auquel nous croyons, qui vise à faire redécoller notre économie par l’Agriculture. Nous voulons le faire connaître des Camerounais et susciter leur adhésion » a-t-il ajouté.

Au rang des quelques mesures expliquées au cours de la conférence, on note la réorganisation du Cameroun en cinq régions correspondant aux cinq zones agro écologiques du Cameroun : région côtière (Littoral et Sud-Ouest), région des hautes savanes (Adamaoua), région sahélienne (Extrême-Nord et Nord), région forestière (Centre, Sud et Est), région des hautes altitudes (Ouest et Nord-Ouest). Selon Bernard NJONGA, ce « redécoupage naturel » du pays permettra à chaque région de se développer sur la base de ses potentialités et de ses ressources naturelles. Elle oblige la décentralisation, qui tarde à être appliquée à l’heure actuelle. « C’est aussi une solution au problème anglophone qui menace la stabilité de notre pays » ajoutera le porte-parole du CRAC, Isaac NJIFAKUE.

Le parti propose également la réduction du nombre de ministères, 35 à 19 départements ministériels ; l’instauration des subventions de l’Agriculture sous forme de prime à la production ; l’insertion des jeunes et le retour de la diaspora dans les filières agro-sylvo-pastorales et bien d’autres mesures fortes. Le document de 8 pages, contenant quelques-unes des 40 mesures résumées, en français et en anglais est désormais disponible gratuitement.

 

Conférence de presse de présentation du projet économique 

   

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nos emissions TV

Visites sur le site

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats