VERSION  ANGLAISE

Image may contain: one or more people

Eséka, ville hautement historique du Cameroun, a eu la primeur de la présentation du projet économique que le CRAC propose aux Camerounais ce 14 août 2017,  à l’occasion du lancement du parti dans le département du Nyong-et-Kellé, Région du centre.


« 40 mesures pour faire décoller le Cameroun par l’Agriculture en 5 ans ». Ainsi est titré le projet que porte le mouvement politique Croire au Cameroun (CRAC). Il a été présenté aux populations d’Eséka au lieu dit « Case Communautaire », le 14 août dernier.

Entouré de quelques responsables du mouvement, Bernard NJONGA a développé, chiffres et exemples pratiques à l’appui, quatre des 40 mesures, que le CRAC entend appliquer, à savoir : Réorganiser le Cameroun en 5 Régions correspondant aux cinq zones agro écologiques du Cameroun, réduire le nombre de ministères, apporter des subventions aux producteurs sous forme de prime à la production, et reformuler l’éducation au niveau fondamental. De quoi séduire davantage les sympathisants, convaincre les indécis du potentiel économique du pays et susciter une adhésion massive au projet.

Un bureau de dix membres a été installé à la tête du département du Nyong-et-Kellé. Le livre « Je continue », dans lequel Bernard NJONGA se raconte a aussi été présenté et dédicacé. Quelques exemplaires du projet ont été distribués en attendant qu’il soit disponible pour tous les Camerounais, sur toute l’étendue du territoire.

Notons qu’avant cette cérémonie, l’équipe du CRAC n’a pas manqué de saluer la mémoire des disparus de l’accident ferroviaire du 21 octobre 2016 et s’est rendue sur les lieux, non loin de la gare. Une gerbe de fleur avec l’inscription : « QUE VOS ÂMES REPOSENT EN PAIX » a été déposée auprès des vestiges du train N°152 encore sur les lieux.


La délégation a aussi tenue à rendre hommage à Ruben Um NYOBE, figure emblématique de la lutte pour l'indépendance du Cameroun. Une autre gerbe de fleur portant l’inscription : « MERCI POUR TOUT », a été déposée sur sa tombe. Devoir de mémoire accomplie sous la conduite des patriarches d’Eséka.




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Le saviez-vous

Le Kaolin, une richesse de Balengou

Vous connaissez certainement le Kaolin, cette pierre douce que les femmes - surtout enceintes en  raffolent. Savez-vous qu’il provient non seulement de Calabar au Nigéria, mais aussi  de Balengou à l’Ouest Cameroun ? Attention ! ! On ne le ramasse pas.

Lire la suite...

Nomades, Transhumants ou pasteurs

Au rythme des saisons ou mieux de la disponibilité en herbes, ils se déplacent  permanemment tout au long de l’année avec troupeaux,

Lire la suite...

Fête chez les nomades/ transhumants du Niger

Une fois par an, l’AREN (Association pour la Redynamisation de l’Elevage au Niger) organise la fête annuelle d’EGGO, du nom de ce village situé à 800 km au Nord-Ouest de Niamey.

Lire la suite...

Education

En milieu rural, 40% des enfants du primaire ont un maitre rémunéré par les parents (ECAM II).

Lire la suite...

Conservation des oignons au Niger

Ces chapiteaux traditionnels que vous voyez au premier plan ne sont pas des cases mais des abris où les oignons se conservent plus d’un an. Incroyable !

Lire la suite...

Le CRAC sur le terrain

Nos emissions TV

Newsletter

Visites sur le site

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats